Alain Lorgeas, une vie, un quartier
12 février 2021
Bernard Auzon-Cape, combats et mémoires de Quartiers
23 février 2021

L’art sur le pavé

Un appel à rassemblement revendicatif sous forme de happening sur le parvis des Arènes avait été lancé par des artistes plasticiens, photographes, peintres ou sculpteurs, tous indépendants, samedi 13 février à 11 heures.

Ce « standing », sans banderoles et prises de parole, à l’initiative de Gérald Kapski, fondateur du collectif « L’Art S’Emmêle », de Philippe Lonzy et son association « Déco d’Art » qui milite pour que l’on puisse remplir d’oeuvres les vitrines des boutiques fermées des centre-ville et de Claude Corbier, a réuni une quarantaine de personnes, sympathisants et artistes venus déposer sur le parvis photographies, peintures ou sculptures de leur crû.

L’objet étant de faire part du malaise de ces artistes indépendants, laissés sur le pavé, par la fermeture des lieux d’expositions et l’annulation d’évènements où ils pouvaient présenter leur travail.

Pour Gérald Kapski, les artistes, dépriment, privés qu’ils sont du contact, du dialogue, de l’échange avec le public. Dans un environnement plutôt confiné, certains sont en perte de sensations, d’inspirations et subissent le contre-coup d’un climat de plus en plus morose pas vraiment propice à alimenter un imaginaire lumineux.

Pour ces artistes indépendants, ce n’est pas tant la fermeture des galeries d’art, qui leur est préjudiciable et pose problème, mais aussi qu’ils n’aient plus la possibilité, de louer des espaces et organiser, eux mêmes, leurs évènements artistiques.

La presse était là pour relayer leur action. Quelques élus, Vincent Bouget, secrétaire départemental du Parti communiste, Denis Lanoy, metteur-en-scène, Christian Bastid, conseiller départemental PCF et le sénateur LR Laurent Burgoa, ont marqué leurs soutiens de leur présence.

C. Bastid, D. Lanoy, V. Bouget

Tous font part de leur incompréhension face à la fermeture des espaces d’expositions. « Pourquoi le Carré d’Art est ouvert et pas les galeries d’art ? ». Au niveau départementale, nous dira Christian Bastid, « le dossier est aux mains de Patrick Malavieille ». Le Conseiller départemental délégué à la culture, qui prône la réouverture des espaces culturels, a adressé nombre propositions à la Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, en ce sens.

Pour Laurent Burgoa, « il faut être cohérent ». S’appuyant sur l’expérimentation du concert public de Barcelone, en décembre 2020, réunissant 1000 personnes et où aucun cas de Covid n’a été détecté, il ne comprend pas que la situation reste bloquée.  « Si les gens peuvent aller au supermarché, alors pourquoi pas dans les lieux de culture ? » et de poursuivre, « Laure Darcos (Sénatrice LR et Vice-Présidente de la commission de la culture : Ndlr), pose des questions au gouvernement, mais on sent que Roselyne Bachelot, n’est pas à l’aise sur le sujet et que la décision ne lui appartient pas. »

L. Burgoa, G. Kapski

 

Si tout le monde s’accorde sur la réouverture, la décision restera politique et la culture un autre sujet des prochains enjeux électoraux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share