Les mille couleurs répondent présent
30 décembre 2020
Solitude en Covid majeur
16 janvier 2021

Dynamogène parade en ville

C’est Parti!!!…

11heures, place de l’Horloge à Nîmes, les acteurs-ouvriers de la troupe de théâtre de rue Dynamogène nous donnaient rendez-vous, pour une ultime ruade, cagade, pied-de-nez et combat pour clore cette année 2020 qui n’aura pas apporté le bonheur, la santé, la prospérité que l’on a coutume de se souhaiter au début d’une année neuve.

Une dernière démonstration pour terminer avec panache cette « annus horribilis » fortement marquée par le sceau du Covid 19, qui n’aura laissée de répit à personne et aura fortement impacté l’activité culturelle, précarisant la situation de nombreux artistes.

À travers une déambulation dans les ruelles de l’Écusson, les 3 acolytes nous présentaient, leur nouvelle machine mobile à musique, le Rastaferraille. Une machine animée par Pépé Martinez « l’homme-orchestre », au pupitre, qui aura conçu la programmation musicale Grégoire de Martino, « jambe d’acier », pour la mouvoir à la force de ses mollets et Pierre Pélissier, « l’irréductible », concepteur de la machine pour la guider.                          

À l’heure dite, sous un soleil brillant d’hiver qui semblait avoir fait son choix, le convoi s’ébranla pour s’engouffrer rue de la Madeleine entraînant à sa suite son petit cortège de fidèles et de badauds. Pourtant quelques heures auparavant, une météo hostile (pluie et 6° au thermomètre), ne laissait rien présager de bon.

La performance, fortement couverte par les médias locaux, se traduira par 2 tours dans le périmètre, Place de l’Horloge, les Arènes, boulevard Victor Hugo, empruntant les rues de la Madeleine, Régale et de l’Aspic, aux sons de rythmes, Reggae, Rock, Blues mécaniques, agrémentés des interventions vocales, à l’harmonica et au bugle de Pépé Martinez, dans une ambiance bon enfant et respectueuse des précautions sanitaires.

Ce périple, qui au dernier moment reçu l’aval des autorités préfectorales et l’assentiment municipal, aura été un pari réussi et l’occasion de pointer du doigt les difficultés, sinon l’impossibilité des acteurs du spectacle vivant à se produire en public. L’exception culturelle n’étant plus de mise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share