Rendez-vous Hip Hop au SkatePark de Nîmes
30 avril 2019
« Fais moi une place », le chantier démarre
20 mai 2019
Sur l'Esplanade, les jeunes attendent les "accueillants bénévoles".
13 avril, campement « Aucun enfant ne doit pas dormir dans la rue »
Avis de rejet de prise en charge.
Accueil de jeunes migrants chez un bénévole.
Juin 2018, solidarité jeunes migrants au Prolé.

 L’accueil des migrants mineurs non-accompagnés à Nîmes

Ils sont « mineurs étrangers isolés » ou « mineurs non-accompagnés ». Ces jeunes guinéens, maliens, ivoiriens, généralement d’Afrique francophone, ont emprunté les chemins migratoires chaotiques de l’Algérie, du Maroc ou de la Libye, sont passés par l’Italie ou les enclaves espagnoles de Melilia ou Ceuta pour s’échouer, après encore un long périple, à Nîmes. Ils sont accueillis par le dispositif départementale de l’Aide Sociale à l’Enfance, aidés, accompagnés et hébergés, parfois, par les réseaux citoyens de solidarité, les associations caritatives… Face à l’accroissement des demandes, le dispositif de par et d’autre sature et la situation peine à se réguler.

La longue route
ils sont près de 1060 jeunes pris en charge par le département du Gard et l’Aide Sociale à L’Enfance (ASE) et une centaine dans la ville de Nîmes, accompagnés par des éducateurs et logés dans des hôtels aux Bois des Espèces, à l’Acotel, au motel de Marguerittes ou à l’Empire. Ce n’est pas « la grande invasion » que certains prétendent mais elle est suffisante pour gripper les services sociaux.

Depuis le mois d’avril donc, on assiste à un afflux de plus en plus important et massif de jeunes migrants mineurs non-accompagnés.
Le week end du 7 avril a vu l’arrivée d’une cinquantaine d’entre-eux à la gare de Nîmes qu’il a fallu accueillir, héberger et nourrir. 2/3 d’entre-eux l’on été. Les hôtels et autres lieux habituels étant saturés, citoyens, militants, adhérents du réseau se sont attelées à faire aussi dans l’urgence cet accueil.

Le samedi 13 avril à l’Esplanade, à l’initiative de RESF30 (Réseau Education Sans Frontière), a eut lieu un rassemblement qui devait prendre la forme d’un campement symbolique « Aucun enfant ne doit pas dormir dans la rue », voulait sonner l’alarme et une réaction à une situation devenue insupportable. L’accueil qui se veut d’urgence, dure.

Ce jour, à l’Esplanade, nous avons rencontré Idriss, accompagné de ses 2 collègues d’aventures maliens Hichem et Ibrahim. Idriss est ivoirien et celui qui maitrise le mieux le français. Il est arrivé à Nîmes, via le Maroc, il y a 3 mois. Bien-sûr, me dit-il, il est hébergé et mange à sa faim, mais pour lui son obsession, son unique objectif est d’obtenir ce JAE (Jugement d’Assistance Éducative) qui tarde à venir et l’empêche d’intégrer un lycée professionnel. Il voudrait être électricien… La situation politique en Côte-d’Ivoire étant plutôt stable, je m’interroge sur les raisons qui l’ont poussées à prendre la route. Il répond avec philosophie : « Chacun à son histoire, ce n’est pas tous le monde qui souhaite venir, d’autres y sont obligés !… Et si un enfant quitte la maison pour aller manger chez le voisin, toi le parent, demande-toi pourquoi !… ». Pudiquement, il me fera comprendre qu’il a subi au sein de sa cellule familiale de la maltraitance et que pour échapper à « cette maltraitance, pire que la mort !… », il valait mieux risquer sa vie. La souffrance n’est pas une fatalité et tous essayent d’échapper à ce déterminisme.

Muriel est une des 5/6 bénévoles qui accueillent et accompagnent cette vingtaine de jeunes qui chaque nuit ne sont pas pris en charge par l’ASE. Elle en accueille 4 actuellement qu’elle aide à constituer leurs dossiers et régler leurs situations administratives parfois kafkaïennes. C’est le gîte et aussi le couvert qu’elle offre de ses propres deniers ou le secours de dons de particuliers et des associations caritatives.

Maguy, une autre bénévole très active veut alerter sur les limites de cette prise en charge citoyenne. « On est quelques uns à héberger et on est au bout du rouleau ! L’ASE est, elle aussi, débordée. Elle n’a plus de place pour héberger ces jeunes et les délais de prise en charge sont considérablement rallongés. Les bénévoles sont arrivés au bout de l’exercice et c’est à l’État, au Conseil départemental de reprendre la main !… », ponctuera t-elle.

Un dispositif d’accueil des mineurs qui sature
C’est l’État à travers la Direction Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse sous la tutelle du Ministère de la Justice qui donne le cadre et pilote ce dispositif mis en place il y a 6 ans. Cette cellule établi les pourcentages de jeunes à accueillir pour chaque département. Pour l’année 2019, le Département du Gard est tenu de prendre en charge 1,12% de l’ensemble des demandeurs éligibles à l’accueil et la prise en charge.

L’ASE intervient par délégation du Département à la mise en sécurité et la prise en charge de tous jeunes mineurs isolés non-accompagnés.
Le Département a le devoir et la mission d’accueillir, sans conditions, tous mineurs non-accompagnés qui se présenteraient à la permanence de l’ASE, jusqu’à étude de leurs dossiers, l’État prenant en charge 2 jours d’hébergement. C’est la phase de mise à l’abri.
Dans un délai de 5 jours, le jeune migrant mineur devra passer un entretien auprès d’un travailleur de l’association L’Espélido, pour Nîmes, qui instruira son isolement et sa minorité. S’il est reconnu mineur, le dossier sera porté au procureur de la République qui prononcerait une OPP (Ordonnance Provisoire de Placement) qui lui permettra d’être confirmés dans le département ou dispatchés vers un autre. Enfin, le juge rendra un JAE (Jugement d’Assistance Éducative), qui donnera autorité parentale au Département et permettra la prise en charge du mineur isolé, sa scolarisation, son apprentissage, jusqu’à sa majorité, à minima. Cette prise en charge peut aller au delà, dans le cadre d’un Contrat d’Aide aux Jeunes Majeurs, si le jeune est en situation régulière sur le territoire national, si son insertion n’est pas complète.

La Loi versus les Solidarités ?
Yves Carel, de RESF30, veut tempérer la description de ce parcours d’accueil idéal du jeune migrant. Il en sait quelques choses, lui qui avec d’autres, s’occupent d’héberger, nourrir et conseiller ceux, une vingtaine par soir, qui ne sont pas encore pris en charge ou qui ont reçu un rejet de leur demande. « Un temps, par manque de place le Conseil départemental rejetait des demandes, ou allongeait la procédure, filtrant les demandeurs en leur réclamant des extraits d’actes de naissance et les renvoyant à la rue si tel n’était pas le cas. Depuis, il semble être revenu à la procédure normale. »
Conscient du manque de place et de la saturation du dispositif ordinaire d’accueil, Yves Carel pense qu’il existe des solutions d’hébergement pour traiter cette urgence, « Mais là, ce n’est plus du ressort des techniciens, c’est aux politiques de prendre les décisions ! », déclare t-il.

Daniel Eyraud, Directeur-adjoint des Solidarités au Conseil départemental du Gard reconnaît que cette arrivé massive d’une cinquantaine de jeunes a grippé le dispositif et saturé les capacités d’accueils et de mise à l’abri. « Un moment débordés, les délais d’évaluation de leurs situations se sont rallongées. Nous avons alors priorisé l’accueil de ceux qui étaient assurément mineurs. À l’échelle national plus de 60% de jeunes qui se présentent se révèlent être des majeurs. Le Département se doit de lutter contre toutes formes de fraudes et de détournement de ce dispositif. Il assume toutes ces responsabilités, mais ne peut assumer celles qui ne sont pas les siennes et la prise en charge des majeurs relève de l’État. » L’ASE compte augmenter le flux de leurs évaluations et progressivement retrouver des délais de traitement des dossiers raisonnables et ses capacités d’hébergement.

Devant l’urgence de la situation et pour donner un accueil décent et digne, la société civile, les citoyens se mobilisent. C’est le cas d’Ados Sans Frontières qui organise le parrainage de mineurs dans le cadre de la Mission Mineurs Non Accompagnés (MMNA). C’est dans ce cadre que le musicien Chris Gonzalez l’association L’Art En Contre de Sylvaine Louradour ont monté un atelier musical et un orchestre avec des jeunes migrants qui se sont déjà produit l’année dernière au Prolé. Rappelons que la qualité de parrain et marraine est soumis à agrément et pour l’heure à Nîmes, une trentaine de familles sont à même à répondre de ce statut.

Certains se substituent à l’action publique et entreprennent des initiatives de solidarités. Le procès de Chantal Raffanel, comédienne et militante RESF, traduite, le 6 mai, devant le tribunal correctionnel d’Avignon pour avoir mentionnée être responsable légale d’un jeune migrant mineur qu’elle avait inscrit au lycée professionnel, une prérogative de l’ASE, illustre bien ce malaise, ces incompréhensions entre les services administratifs qui doivent agir dans un cadre réglementaire stricte et rigoureux et l’initiative citoyenne, motivée par la générosité et la solidarité.

« L’accueil des jeunes migrants mineurs isolés est régie par une réglementation issue du Code de l’Action Sociale et des Familles stricte et balisée. Il appartient au Département, à qui le juge a confié le mineur et l’autorité parentale, de l’accompagner dans tous ces actes civiles. Dans certains cas, une tiers-personne peut se voir délivrée l’autorité parentale par décision du juge dans le cadre du « tiers digne de confiance ». En dehors de ces dispositions, on n’est pas dans un cadre légal », précisera Daniel Eyraud.

Le cœur et la raison se disputent toujours et loin de trancher sur la question, il appartient à chacun de prendre ses responsabilités. Pour ne pas « laisser l’indignité nous gagner en livrant à la rue ces enfants ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share