Une école qui pousse
27 février 2019

La rue aux enfants, en demi teinte

En cette fin de février printanière, les volontés n’ont pas manqué pour réussir cette troisième édition. Pourtant la fréquentation a faibli…

Cette journée a démarré très lentement, avec des stands moins nombreux que lors des éditions précédentes, moins de public aussi. L’après midi a été plus animée, avec toutefois moins de participants là aussi. Certainement parce que c’était une période de vacances, certains étaient ailleurs, et puis la programmation initiale avait été reportée plusieurs fois en raison de conditions météo défavorables : il y a fort à parier que cela a dérouté et désespéré quelques associations participantes. Pas de quoi décourager l’association Paseo de renouveler l’expérience, qui reste un temps fort de l’animation du quartier Pissevin. Une réunion est programmée dans les prochains jours pour tirer les enseignements de cette opération afin de mieux repartir. Les photos qui suivent prouvent, s’il en était besoin, qu’ils ont été nombreuses et nombreux à profiter de cette belle journée !
Carole Dépit, directrice de Paseo confirme : « la conception de notre organisation a pu faire penser qu’il y avait moins d’animations que par le passé, nous devrons revoir notre fonctionnement inter associatif. Quelques animations se sont désistées en dernière minute, cela nous a été préjudiciable. Cela reste globalement ôsitif, enfants et familles ont profité à plein de cette journée. »

Denis Moreau (ci-contre en pleine discussion avec Laurent Burgoa, adjoint délégué aux quartiers et à la politique de la Ville), Président de l’association nationale Rue de l’avenir, est venu en personne revoir deux ans après avoir décerné son label, cette Rue aux enfants. Il a été satisfait de son organisation et de la bonne tenue de cette édition. « Le but de ces manifestations, c’est de créer du lien social, d’améliorer à terme la qualité et la sécurité des rues. Sur ce plan là il y a des progrès à faire à Pissevin pour corriger certains comportements. L’an dernier nous avons labellisé 50 nouvelles « Rue aux enfants », sur 56 dossiers reçus, 10 seront réalisées cette année. Nous allons décentraliser notre labellisation au niveau régional pour mieux répondre aux demandes, en nous appuyant sur des acteurs locaux, comme l’association Paseo, par exemple, qui a donné des gages de sérieux. »

Claude CORBIER
Claude CORBIER
Né à Nîmes en 1954, photographe ex de presse et journaliste, rédacteur et photographe en presse institutionnelle, artiste plasticien, réalisateur de films photographiques, documentaires et web documentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share