A pied et à vélo, Route d’Arles
10 décembre 2018
Le tram’bus est à l’Ouest
15 décembre 2018
BBoy Kid

Urbanissime et Hip Hop au Carré d’Art

Urbanissime, qui a mis en valeur les cultures urbaines sous toutes leurs formes, tout au long des mois d’octobre et novembre par des manifestations, actions, conférences, en centre-ville et dans les quartiers de Nîmes, s’achevait, le 24 novembre, par une battle de danse Hip Hop organisé par l’association Da Storm et le Collectif Hip Hop Gard au Carré d’Art Jean Bousquet, transformant le temps d’un après-midi, son atrium, en une arène surchauffée où s’affronteront tels des gladiateurs, les concurrents des différentes catégories d’âges et de disciplines.

De New-York à Paris
Le Hip Hop est un courant culturel né dans les quartiers de New-York, à la fin des années 70. Courant non-violent lancé par Afika Bambaataa, prônant le Respect, la Paix et l’Unité, il agrège plusieurs disciplines artistiques (Les 5 piliers).Le Rap avec les rappeurs ou les MC’s -Maîtres de Cérémonie-, le Beatboxing – Bruitages rythmés avec la bouche-, le Djing- l’art de mixer et scratcher les disques vinyles-, le Graffiti et la Danse, quelle soit debout ou assisse, aux multiples formes et styles, pratiquée par les B-Boys.

En France, c’est en 1984 que ce mouvement et sa danse seront popularisés par la mythique émission H.I.P. H.O.P., animé par Patrick Duteil A.K.A. Sidney, faisant d’elle, la première émission Hip Hop jamais diffusée au monde ! Si l’émission aura tenu un an (14 janvier au 19 décembre), il n’en reste pas moins qu’elle a contaminé, plusieurs générations d’enfants et d’adolescents qui seront les fers de lance de la propagation de cette culture.

Aujourd’hui, cette danse est protéiforme, se nourrissant de toutes les influences mondiales. Il existe des passerelles entre le Hip Hop, la danse contemporaine et classique qui se nourrissent les uns des l’autres. Et il n’est pas rare de voir des danseurs Hip Hop intégrer des ballets comme Le Lac des Cygnes, par exemple.

Break Danse à Nîmes
À Nîmes, nous avons rencontré Samir Samir Achaabany, danseur et chorégraphe, responsable de l’association Innov Danse Studio, activiste des premières heures du mouvement Hip Hop à Nîmes, qu’il nous raconte comment il avait vécu l’épopée de ce mouvement à Nîmes.
Il lui a fallu une grosse motivation au début de ces années 90 pour celui qui, à 13 ans, venait de Saint Gilles en stop jusqu’à Nîmes pour rencontrer d’autres danseurs.
C’est là qu’il intègre son premier crew, le « Asia Posse ».
« À l’époque, il y avait plusieurs groupes à Valdegour, Pissevin ou au Chemin Bas. Très vite on a monté un collectif de danseurs et une association Innovation Rythme au centre culturel de Valdegour. Les responsables de l’époque nous ont portés jusqu’à la scène nationale de La Villette pour la première partie d’Aktuel Force, en 1996. Puis, on a voulu de plus en plus montrer notre travail et vers 2001, on a commencé à danser à la gare, devant et derrière le Carré d’Art. », nous confiera-t-il.

Ils ont alors commencé à représenter Nîmes dans les concours de danse et lors de la « Battle Of The Year en 2001 sous le nom de « L’Art et la Manière » avec Saï, Momo, Benji, Fu, Chu, Farid, C Ji, Mohamed Aji et d’autres,…
Après cette période prodigue, certains qui se sont professionnalisés, sont parti danser pour des artistes en tournée, comme Madonna, ou pour des vidéos clips, d’autres sont rattrapés par les contingences familiales et de la vie, les obligeants à partir sur d’autres chemins. Le noyau alors s’éclate.

Samir lui, continue et rencontre le posse Darklight de Montpellier avec qui il participe à La Battle Of The Year en 2004.
Samir se bat toujours. Il gère une salle rue de La République qui accueille, son association Innov Danse Studio, La Coletilla, l’association de la danseuse de flamenco Cathia Poza et Denim Music.  » Ce collectif de danse, c’est une démarche, vers la transmission d’un travail socio-éducatif auprès des jeunes, des valeurs et l’esprit qui animent la danse « .
En 2005, c’est l’arrivée de l’association Da Storm à Nîmes et la proposition de Ghislain Nouguier, un des cofondateurs, de réunir les 5 piliers de la culture Hip Hop par la création d’un festival, « Tout Simplement Hip Hop ».
Le premier festival eut lieu en 2007 au cabaret Mistinguet, à Courbessac. Un festival qui a permis de rassembler toutes les énergies locales du mouvement.
Le festival en est à sa 12ème édition.
Pour « permettre aux représentants et aux amateurs des cultures urbaines de partager et de faire vivre leur passion. », l’association a créée « Le Cercle », un lieu d’accueil et de développement des pratiques artistiques issues de la culture Hip Hop, situé sur le chemin des canaux entre Rodilhan et Bouillargues.

Battle du Carré d’Art
Malgré les intempéries qui ont occasionnées quelques défections parmi les concurrents, le public était venu nombreux autour du cercle, dans les escaliers, aux étages de l’atrium de la médiathèque et une cinquantaine de danseurs avaient répondu présents à l’invitation du Collectif Hip Hop Gard et de Da Storm.

La règle du jeu. Un jury constitué de 3 danseurs professionnels venus de Nice, Toulouse et Montpellier, évalueront les performances de ces bateleurs des temps modernes qui s’affronteront dans différentes catégories et styles, adultes et « kidz », breakdanse et Hip Hop. À la clé, pour les vainqueurs adultes, une participation à la prochaine battle internationale qui aura lieu l’année prochaine à Gènes (Italie) et une prime de 300 €. De quoi motiver les concurrents qui se seront employés à donner le meilleur, encouragés par les harangues du Mc, les mixs et scratchs de Dj H’Eddi. Le public de connaisseurs, d’enfants accompagnés de leurs parents, de curieux aussi venu voir de quoi il en retournait, encouragera tout du long les prestations des compétiteurs. Tous partiront ravi. Force était de constater que loin de l’imagerie un peu violente que peut véhiculer le Rap, parfois, ici, il n’était question que de Paix, Respect et Bon Esprit.

Ravi et heureux comme l’était Alexandre Moreigne, responsable de l’action culturelle à Carré d’Art, d’avoir accueilli, et c’était une première, ces danseurs qui, jusqu’à lors n’évoluaient qu’à l’extérieur des murs de cette institution.

Liens /
https://www.dastorm.fr/lecercle
Sidney : https://sites.ina.fr/inalab-2018/focus/chapitre/9

 Battle au Carré d’Art

Battle au Carré d’Art from Ndjami Makanda on Vimeo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share