URBANISSIME : L’ouverture au Mas de Mingue
10 octobre 2018
De nouvelles marches exploratoires à Gambetta
16 octobre 2018
Joos présente L'Histoire de Petit K

Joos et le BeatBox, quand l’humain est instrument

Joos, habite Marseille, est « beatboxeur » et évolue au sein du groupe vocal et multilingue, “Radio Babel Marseille”. Il anime aussi des ateliers initiation au Beatbox, autour du spectacle qu’il a crée, « L’Histoire de Petit K ».
Mercredi 3 octobre, il le présentait au CSCS Jean Paulhan.

La démarche
En 2008, il a l’idée d’utiliser la phrase « petit à petit », de la personnifier en une phrase rythmique, un support mnémotechnique et pédagogique.

« Petit à petit, devenait « Peti-A-Peti-Ta-Peti-Ta » et reprenait les sons de la grosse caisse et de la caisse claire. À cette ligne rythme il manquait la charleston que j’ai figuré en ajoutant le son K. et Cé quand elle était ouverte et le tout est devenu Peu Ti Ka Cé- Peu Ti Ka Cé … ».

De là nait un conte, base de ses ateliers de Beatbox pour néophytes et le spectacle « L’Histoire de Petit K ».

« L’Histoire de Petit K » est un spectacle didactique, interactif, plein d’humour et de poésie, en destination des petits et des plus grands qui vise à introduire l’auditoire aux rudiments du Beatbox.

C’est le récit « beatboxé » d’une journée-type d’un petit écolier, Petit K dont l’univers et le quotidien est entièrement traversé par la musique et les sons. Petit K s’empare de chaque son de l’environnement pour le retraduire en musiques et rythmes.

Tout au long du spectacle, Joos revêt plusieurs casquettes ou bonnets. Parfois Mc, beatboxeur, rappeur, musicien ou danseur, il invite les enfants à le rejoindre et être acteurs du conte. La salle réagit bien à ses sollicitations, acclame et en redemande. Le succès est totale.

Le Beatbox ou Human box, aujourd’hui
C’était aussi l’occasion d’en savoir, un peu plus, sur ce qu’est et représente le Beatbox, l’Human Beatbox dans ces cultures urbaines et dans la culture Hip Hop, en particulier.

Le Beatbox tire son inspiration du « Scat », cette forme de Jazz vocal qui utilise les onomatopées comme figures rythmiques et percussives. https://youtu.be/IvqxedEuoj8 (Louis Armstrong-Heebie Jeebies)

« Le Beatbox est en pleine effervescence ! », apprend-t-on. « Il y a des championnat du Monde organisés depuis 2005 et en 2018, on était à la 5ème édition avec de plus en plus de compétiteurs ».

Si la discipline ne bénéficie pas d’une énorme visibilité dans les médias et réseaux classiques de diffusion, la communauté, elle, est très active.
Elle tisse sa toile, plutôt sur internet à travers, notamment des sites comme «http://www.swissbeatbox.com/ » qui parcoure le monde entier pour enregistrer des beatboxeurs.

Il est loin l’époque où le beatboxeur Razel du groupe « The Roots », véritable phénomène vocal, le popularisait avec le titre « If Your Mother Only Knew », en 1999.
Un temps tombé dans l’oubli, le Beatbox se développe par ses nombreux championnats et concours et trouve un regain d’intérêt auprès des
majors compagny ou des programmateurs de grands festivals. Le champion de France 2016, MB14 et son groupe Beriwam, champion du Monde 2018 qui accompagne Bigflo et Oli en tournée, chez Barclay Record, quand Saro, champion de “Loopstation”, une machine électronique qui enregistre les sons en live pour les répéter en boucle et accompagne les beatboxeur, est invité dans des festivals comme “Les Vieilles Charrues”, récemment. https://youtu.be/-U0AFQbfv88 (MB14 vs SARO | Grand Beatbox LOOPSTATION Battle 2017/ Semi finale)

L’avenir
Non, le Beatbox n’est pas mort et se revitalise même! Il se nourri maintenant des techniques et sonorités du monde entier.
Au niveau linguistique aussi, il évolue. Après les sons gutturaux des allemands ou des asiatiques, viennent s’ajouter les aspirations des accents latinos ou les claquements du langage des “bushmans” d’Afrique du Sud, par exemple.

Ça devient presque un alphabet qui construit un langage, non encore sémantique, mais qui permet de communiquer ses humeurs, ses sensations!”, conclura Joos avant de nous gratifier d’une petite démonstration.
Le Beatbox intéresse aussi les orthophonistes et les publics malentendants qui peuvent utiliser ces sons percussifs par le jeu musical.
Si la musique adoucit les moeurs, elle a aussi des vertus thérapeutique!

Le 25 octobre au Spot-Nîmes aura lieu un battle de Rap et de Beatbox

Lien Joos : https://www.petitk.com/
Lien Radio Babel Marseille :
“Nous Les Peu” 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share