Une maison pour les associations, début octobre
13 septembre 2018
Le point sur la galerie Wagner
28 septembre 2018
Pina Wood

Et PINA WOOD créa « Rance Loisirs »

« Rance Loisirs » était une invitation à s’assoir sur la place publique, la place Fléchier quartier Gambetta, en l’ocurence, ce samedi 22 septembre, pour discuter avec elle qui récolterait notre parole, nos mots et inscrire et ajouter à son récit instantané, nos questionnements, humeurs, sentiments et sa réflexion…

Intervenir dans les quartiers pour en recueillir la parole des habitants et la restituer sous forme livresque, graphique ou visuelles, lue, récitée ou chantée, on croyait avoir déjà vu ça.

Mais là, dans le cadre de l’Expo de Ouf 7, la proposition De Label Rue était intrigante.

Elle s’appelle Pina Wood. « Tout le monde l’appelle Pina Wood… », se présente-elle, dans un large sourire, tout en rabattant ses dreadlocks, en chignon sur sa tête.

La metteuse en scène et dramaturge marseillaise, accompagnée du scénographe Bastien Salanson dit Baloo, nous invitait à être parti prenante de leur projet « Rance Loisir (j’écrirai(s) un livre par jour si j’y arrive) », né en 2016.

Son dispositif, son installation, plutôt, est un espace assez cosy fait de tapi, canapé, fauteuil et coussins, encadrés par un portique à enseignes lumineuses qui illuminaient les mots, écrivain, halal, sexy, sandwich, café, hot dog, des pupitres à livres, la console de la régie-son de Baloo, près de laquelle elle se tiendra devant un micro harangueur et un l’ordinateur où elle pose les mots saisis « à la volée » qui poursuivent un texte « Far West », commencé, il y a quelques semaines, lors de leur résidence artistique à Rodilhan.

« C’est un peu être écrivain-public mais version 2.0 », nous confira t-elle.

Elle aura par une écoute active, faussement candide, cherché à exhumer, extirper, souvenirs et impressions.

À 18h, heure fatidique, elle s’arrêtait pour organiser ce texte qu’elle nous lira à 20h et le coordonner avec les interventions musicales prévues des 2 Dj’s Master Fader, qu’elle aura rencontré quelques heures auparavant.

Dj’S Master Fader et Pina Wood

Et de cette « anthropo-poésie », comme l’explique Baloo, naîtra un slam.

La performance-restitution aura lieu au N°58 du boulevard Gambetta, l’atelier-boutique tenu par 6 créatrices en bijoux, vêtements et céramique qui, justement ce jour, inauguraient l’endroit.

20h, tapante, les spectateurs sont au rendez-vous sur le trottoir du boulevard et là Pina Wood nous entraine, crescendo, dans un tourbillon linguistique, un vertigineux flot de mots subtilement accompagné des mappes électro-pop des Master Fader. Et on est bluffé, saisi, par l’énergie et l’intensité qu’elle met dans chaque mot, repoussant leur sens pour n’en garder que la sensation… Bref, on a beaucoup aimé!

On pourra retrouver Tina Wood du 27 au 29 septembre dans les arènes de Rodilhan, lors du festival Label Rue pour une restitution « 3D », avec renfort de tableaux vivants.

Video FaceBook Live

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share