Mémé anime la place Fléchier
30 avril 2018
La valeur des bicyclettes
18 mai 2018
Jean-Christophe Lacage

Projet social en vue !

Après dix mois d’échanges, de réflexions et de travail en ateliers thématiques, le Projet social de territoire de Pissevin est en vue. On devrait enfin savoir début juillet dans quel cadre administratif, pratique et financier il sera mis en place.

Jean-Christophe Lacage, qui a piloté ce qui est à la fois une étude et un recueil de doléances et/ou initiatives, n’en a pas encore terminé. Mais cette fois, le compte rendu ultime qui a été présenté le 4 mai face aux institutions et à une majorité d’intervenants sur le quartier va servir de socle à la CAF et à la Ville principalement, pour dire sous quelle forme ce Projet social va être mis en œuvre, selon quelles priorités, et dans quel cadre : centre socioculturel ou pas, sur quel site, etc.
Les rumeurs vont bon train chacun et chacune y va de son avis, mais en réalité personne n’est en mesure d’avancer quelque certitude que ce soit. L’Eko se gardera bien de faire un pronostic, la seule réalité est que la curiosité va croissante.

Le diagnostic établi n’était pas difficile à faire : manque d’inclusion, absence d’échanges avec le reste de la ville en général, manque de culture, populaire ou élitiste, difficultés de mobilité, vétusté de certains logements, abandon des espaces publics, manque de brassage intergénérationnel, et la liste n’est pas terminée…
Face à ces défis, 34 fiches action ont été élaborées, qui vont éclairer les choix des décideurs : quelles seront leurs priorités, quels budgets et quelle organisation vont ils opposer aux maux et aux mots du quartier ? Le fameux plan Borloo va-il accoucher d’une souris, ou d’un gros coup de pouce, ici comme ailleurs ?

La réponse sera donnée en juillet, puisque maintenant la balle est dans le camp de ceux qui peuvent agir, comme certains le réclament depuis longtemps. Encore faudrait il que les services de l’Etat soient eux aussi efficaces dans l’accompagnement d’un renouveau, soutiennent les bonnes volontés qui seront peut-être redynamisées par un vent nouveau (on se souvient d’une réunion avec les associations et habitants du Clos d’Orville avec la secrétaire d’Etat Hélène Geoffroy et le Préfet du Gard, sous le regard des dealers du quartier qui attendaient patiemment près des motards de l’escorte ministérielle que tout cela se termine, pour reprendre leurs notoires activités quotidiennes).
Une observatrice venue s’informer des conclusions de ce travail d’élaboration disait en fin de présentation : « c’est la première fois que l’on voit un projet social élaboré de cette façon, c’est novateur! ». D’autres s’inquiètent de savoir si le Projet social ne serait pas déjà ficelé en amont.
A voir ! On saura vite si les fiches action sont ou pas prises en considération, et quelle forme aura leur cadre d’application, mais soyons optimistes, on n’est pas à l’abri d’un succès…

Claude Corbier

Auteur


Claude CORBIER
Claude CORBIER
Né à Nîmes en 1954, photographe ex de presse et journaliste, rédacteur et photographe en presse institutionnelle, artiste plasticien, réalisateur de films photographiques, documentaires et web documentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *