Une nuée de nettoyeurs sur la colline aux Oiseaux
26 mars 2018
« Encore Raté ! », c’est pour bientôt !
28 mars 2018
Programme André Malraux
Programme Jean Pauhlan
Photo expo "When Woman Speaks"
Affiche Femmes Solidaires

Les droits de la Femme célébrés dans les Quartiers.

 

Débordé que nous étions par toute cette Fraternité qui s’était répandue cette semaine en ville, on en avait presque oublié ce petit retour sur la Journée Internationale des Droits des Femmes.
Le jeudi 8 mars, donc, il était proposé de multiples évènements liés à la condition féminine et à leurs droits.
Pour ce qui nous intéressait il s’agissait d’aller voir quelques propositions dans nos quartiers Pissevin, Valdegour, Chemin bas d’Avignon, Mas de Mingue et même du côté du bar Le Prolé.

Cela commença, en matinée, au centre André Malraux, Chemin-bas d’Avignon, où la compagnie «Globe Théâtre» proposait un théâtre-forum sur la place de la jeune fille dans les rapports familiaux.

Dans la salle, 2 classes du collège Romain Rolland et quelques mamans qui selon le principe du théâtre-forum seront inviter à stopper la scène et proposer leur solution.
Ce que la soixantaine de jeunes filles et garçons ne manqueront pas, avec force, de faire.
Les situations jouées : Une jeune fille veux refaire la décoration de sa chambre mais c’est un rôle dévolu au père. Une femme ne veut pas que sa fille aille faire des études loin du foyer familiale. Un garçon a du mal à assumer qu’il pratique la danse contemporaine plutôt que du Hip Hop, alors que sa cousine veut pratiquer la boxe au grand dam de sa famille. Le frère n’est pas foot, boxe et mécanique mais pense que la boxe est réservé au garçons. Les clichés sont tenaces !
L’après-midi ouvrira par la projection du reportage «Foot ‘n’ girlz» de Marion Chabert sur deux équipes de football féminin du Chemin Bas d’Avignon en présence de quelques jeunes sportives, handballeuses, rugbygirl, boxeuses et footballeuses, décomplexées.
La journée se poursuivra par des lectures de poèmes en hommage aux femmes et leurs courage, écrits et dits par les auteurs, des participantes aux ateliers socio-linguistiques, Jean Didier et Frédérique Saez, présidente de Confédération Syndicale des Familles et Evelyne Félix, présidente de l’association Le Lys Blanc, sur le courageux combat d’une adhérente contre le cancer. La journée se poursuivra par un cours collectif de salsa, initié par Dolorès et se terminera par un karaoké et un bon gros goûter.
Lien de Foot’N’Girlz de Marion Chabert
Poésie de Jean-Didier avec Frédérique Saez, Cliquer sur ce lien
Texte d’Évelyne Félix, cliquer sur ce lien

À Jean Pauhlan, la journée se déclinait autour du bien-être des femmes, par des ateliers de soins des mains, massages, henné, d’expression écrite libre, une exposition de portraits de femmes par Fati Dali et couronnée par une après-midi festive, avec un défilé de mode et le set d’une Dj. « Toute l’année, nous travaillons sur toutes ces questions liées à la condition féminine, donc aujourd’hui nous avons voulu sortir les femmes de leur quotidien et leurs faire plaisir ! », nous expliquera Selma Ben Hadj Khélifa, coordinatrice à l’association La Pléiade.

Pendant ce temps à Valdegour, dans les locaux du Journal de Valdegour, le matin avait lieu l’inauguration de l’expo de Cécile Plantin, « When Woman Speak », une série de 12 portraits de femmes de Pissevin, en mapping sur les murs de la ville de Sètes, agrémentées de phrases et statistiques sur la condition de la femme en France. La matinée sera parachevée par débat suivi par une cinquantaine de personnes sur la violence faite aux femmes, l’éducation, l’égalité des salaires…

L’autre événement de la journée avait lieu dans la soirée au bar Le Prolé à l’initiative de l’association Femmes Solidaires. Une association féministe et non-sexiste.
Martine Gayraud en est la présidente depuis un an. L’association nîmoise, en sommeil depuis un long moment, a voulu pour l’occasion mettre en miroir l’engagement au quotidien d’un panel de 8 nîmoises, avec 8 autres grandes figures du féminisme, de Olympe de Gouges (1748-1793), à Françoise Héritier, anthropologue décédée en novembre 2017, en passant par Alexandra Kollontaï et Simone Veil.

« Nous avons cherché des femmes très actives, qui ne sont pas dans la lumière mais qui agissent avec le souci constant de l’égalité et du partage ». Parmi elles, Elodie Guizard, «artiste désobéissante», Laetitia Di Jorio, «la justicière», Annie Marty, «retraitée engagée», Isabelle Laforgue, Aziza Michard, Elodie Brousse, Sabine Oromy, «militante de l’univers», Mathilde Sacre, «le colibri révolté».

Elodie Brousse, 32 ans, est diplômée en Action commerciale et mère d’une petite fille. Elle a la passion du football depuis l’âge de 11 ans et ses premiers match de l’Olympique de Nîmes aux Costières avec son père . C’est donc tout naturellement qu’elle y a jouer et s’est investie dans cet univers quelque peu machiste, jusqu’à, depuis plus de 10 ans, tenir le guichet lors des rencontres de CFA 2.
« À cette époque, les filles devaient jouer avec les garçons, jusqu’à l’âge de 14 ans, faute d’équipes féminines », nous confie-t-elle.
Évidemment, elle a connue des railleries du style, « C’est un garçon manqué… qu’est ce qu’elle fait là ? C’est à la cuisine qu’est sa place… ». Mais tout ça ne l’a pas arrêté,et à fait fi de ces remarques débiles. Et c’est ce qu’elle veut transmettre à sa jeune fille, faire ce qui lui plaira en dépassant les présupposés et autres préjuges sexistes.

L’association s’empare de tous les combats qui doivent être mener au nom de l’émancipation de la femme. « Nous sommes une organisation non-sexiste car nous pensons que nous ne pourrons avancer sur ces sujets que si hommes et femmes travaillent ensemble », conclura Martine Gayraud.

Arrow
Arrow
01_ - Programme CSC A. Malraux
ArrowArrow
Slider

2 Comments

  1. Becuwe dit :

    Bonjour
    Apparemment en effet une tres chouette et belle journée que ce 8 mars
    Dommage que nous n’en avons pas été informés avant afin d’y participer (il aurait fallu publier le programme dans un petit article en amont car la restitution c bien la participation c mieux)
    Cela dit bravo pour votre travail qui nous informe des belles actualités sur nimes

    • EkodesQuartiers dit :

      Merci de l’attention que vous portez à EkodesQuartiers. Pour répondre à votre post, sachez que nous même sommes prévenu parfois très tardivement des évènements et donc n’avons pas toujours le temps de publier les informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *