De la Fraternité cette semaine dans le département
19 mars 2018
Ciné Fraternité
22 mars 2018

Stéphane Frégiers

Les minimes de la République

Brigade anti tags (image tirée du film de Wako, Colorité bonheur)

Le CLJ sur tous les fronts

Le centre Loisirs Jeunesse (CLJ) de la Police nationale a 23 ans d’existence. Il est implanté à Valdegour, mais son action s’étend à d’autres quartiers nîmois, et jusqu’à Bagnols sur Cèze depuis peu.

Le responsable de cette antenne, Stéphane Frégiers, définit sa mission de façon très directe : « nous sommes dans la prévention à 200% ». Avec un ancien collègue aujourd’hui bénévole, des stagiaires, des animateurs et un agent de la Police municipale, il multiplie les interventions sur place, en milieu scolaire, au sein de l’école de Police où il a été longtemps formateur, et ailleurs. Le CLJ est partenaire d’autres structures, qui collaborent avec lui.

En période de vacances scolaires, il joue le rôle de centre d’accueil loisirs de mineurs sans hébergement : en échange de participation à des ateliers citoyens et d’ateliers de réflexion autour des problèmes d’addiction par exemple, ou d’incivilité dans les transports publics, il offre des sorties de loisir tous les après-midi. Cela peut être au bowling, à la patinoire ou au Ninja warrior, à la neige pour les plus méritants. De 20 à 60 jeunes sont encadrés par le CLJ sur chaque période de vacances. Pour eux, tous les vendredi matin, c’est piscine obligatoire, pour apprendre à nager. L’été, en piscine ou à la mer, le CLJ délivre des formations de sauvetage aquatique et de secourisme, cette dernière formation étant aussi délivrée aux jeunes en service civique dans les associations de quartier.

Hors vacances scolaires le centre reste ouvert pour accueillir parents et jeunes le mercredi après midi de 14H00 à 18H.

Des actions hors les murs

L’essentiel de l’action du CLJ se situe en milieu scolaire. Là aussi des actions d’information sont effectuées autour de l’addiction, des dangers d’internet ou du harcèlement, auprès de 16 collèges ou lycées sur Nîmes et Bagnols, occasionnellement auprès d’autres types d’établissement scolaire. Le CLJ offre une alternative aux élèves menacés d’exclusion de leur établissement scolaire : cela passe par une convention cadre établie entre le CLJ et l’établissement concerné, avec ce dernier, et une autre avec l’élève concerné, son représentant légal, le CLJ et l’établissement scolaire. L’élève s’engage à réaliser un ensemble d’objectifs étalés sur quatre mercredis, c’est ce que l’on appelle « Mesures en responsabilisation ». « La grande majorité des enfants ainsi repêchés évitent l’exclusion, mais surtout ils comprennent la nécessité de respecter des règles de vie en collectif dans le milieu scolaire, et au delà. Ceux sur lesquels ce programme échoue sont ceux qui ont déjà basculé dans une forme de délinquance. »
Une autre action, démarrée l’an passé, porte ses fruits sur des classes entières cette fois, auprès de jeunes très perturbateurs, il s’agit des Minimes de la république. Garçons et filles suivent sur l’année des formations à la citoyenneté, au secourisme et au sauvetage aquatique, leur base d’apprentissage étant établie au sein de l’école de Police. Il leur est remis en fin de cycle un ou plusieurs diplômes sanctionnant leur niveau d’acquisition de ces différents apprentissages. Selon les enseignants, le retour est excellent sur le plan comportemental. Après l’expérience menée avec 16 jeunes d’une classe de 4ème du collège Jules Vallès du Mas de Mingue, c’est une classe de 5ème qui va suivre ces formations cette année.
On le voit, le CLJ a du pain sur la planche, au point de songer à installer des antennes sur tous les quartiers Politique de la Ville; l’arrivée de la Police de Sécurité du Quotidien en 2019 pourrait aider à ce déploiement, qui sait ?

L’accueil du CLJ est ouvert tous les mercredis de 14h00 à 18h00, 3, place Thalès, à Valdegour

Claude Corbier

Auteur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *