« Ça bloque à la caisse », théâtre-forum citoyen à Émile Jourdan 
16 mars 2018
De la Fraternité cette semaine dans le département
19 mars 2018
La photo des ouvrières d'Optalix, fabricant de transistors, organisant l'occupation de l'usine dans la joie
Tirage d'une photo de Gainsbourg, prise par J.-C. Seine

Jean-Claude Seine, photographe du monde ouvrier

Jean-Claude Seine vit à Nîmes depuis très longtemps. En 1982, il avait fondé la galerie Art Vivant et exposé des artistes comme Alain Ghertman, Robert Doisneau, Lucien Clergue, Serge Marchal et d’autres encore. Aujourd’hui, il publie Mai 68, Esprit Rebelle, recueil de ses souvenirs photographiques de cette période.

Photojournaliste à 20 ans
Il est né à Gennevilliers, ville ouvrière de la banlieue parisienne.
À 20 ans, il a déjà sa carte de presse ! Il est pigiste — on ne dit pas encore free lance — pour Le Miroir du Sprint, hebdomadaire sportif, ou sur les plateaux de télévision de Maritie et Gilbert Carpentier comme La grande farandole où il photographie Gainsbourg, Nougaro, Ferrat et bien d’autres, pour Télé7 Jours ou Télérama.

Après un voyage en Amérique centrale, le monde politique l’intéresse de plus en plus et il photographie pour le Libération d’Emmanuel d’Astier de La Vigerie, l’Humanité, La Vie Ouvrière (journal de la CGT), Le Matin de Paris, France Nouvelle, Révolution, Jeune Afrique et d’autres parutions.

Dès 1967, la CGT sent monter la contestation et décide de créer un bureau confédéral jeunes. Un Festival de la jeunesse, qui doit se tenir en mai 1968 à Pantin, sera d’ailleurs annulé en raison du développement des grèves. Missionné par La Vie Ouvrière, Jean-Claude Seine part avec un autre jeune journaliste faire des reportages sur la jeunesse ouvrière de Strasbourg, Clermont-Ferrand, Nancy et d’autres villes de l’Est…

Jeune comme celles et ceux qu’il photographie, Jean-Claude Seine ressent d’autant mieux les malaises et les tensions et quand l’orage éclate, La Vie Ouvrière qui connait bien son travail l’envoie rendre compte des grèves, des occupations d’usines, des manifestations ouvrières.

 Les usines avant les pavés
Il ne photographie ni Cohn Bendit ni Sauvageot, ni la Sorbonne… il est en revanche devant les usines Renault, Chausson, Citroën, et bien d’autres à Gennevilliers, à Flins, à Asnières, à Saclay, à Amiens, pour photographier la classe ouvrière en ébullition… mais le soir, il va au quartier Latin, sur le boulevard Saint-Michel, là où les jeunes étudiants font trembler la France.

Le souvenir qu’il garde de tout cela, c’est quand même celui d’un climat assez joyeux. Mai 68 a été une réaction contre un ordre moral conservateur, qui n’a pas touché que la France, du reste, et même s’il y a eu de la violence, des combats de rue, des émeutes, des barricades, des blessés — moins de 10 morts finalement, dans toute la France — l’affolement du pouvoir avec le voyage express du Général à Baden-Baden, tout cela baignait dans une ambiance pour tout dire assez festive, très fraternelle.

Et pour finir, il y a eu des avancées sociales et le Smig a été augmenté de 30% ! Les ouvrières de la Lainière de Roubaix qu’il avait photographiées avant les grèves touchaient 600 francs par mois alors…et 900 francs (950 euros environ) après les événements.

Un livre-accordéon pour mémoire
Jean-Claude Seine publie aujourd’hui ses souvenirs photographiques de mai 68 dans Mai 68, Esprit Rebelle un livre-objet sous forme de dépliant accordéon, format cartes postales, avec un texte fort et très éclairant de Michel Onfray. Les photos sont en noir et blanc, majoritairement, elles témoignent d’un regard empreint d’humanisme, montrent l’espoir, surtout, tout un peuple qui se met à rêver à des jours meilleurs. Chacune des 35 images raconte une histoire, et mises bout à bout, lorsqu’on déplie l’accordéon, c’est toute la grande Histoire qui nous saute aux yeux, une histoire dont on n’a pas fini de parler, même 50 ans après !

Pour en savoir plus sur l’ouvrage de Jean-Claude Seine et voir toute la galerie de ses images de mai 68 : http://www.photos-mai68.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share