L‘enseignement du futur, au Mas de Mingue
28 février 2018
Krôkô, la nouvelle monnaie nîmoise
5 mars 2018

DERNIÈRES NEIGES À NÎMES

Annoncé dans la nuit de mardi à mercredi, le phénomène neigeux s’est finalement abattu mercredi 28 février aux alentours de 10h sur la cité des Antonins.
Les dernières neiges à Nîmes remontaient à mars 2010 et de mémoire de nîmois , ça n’est arrivé, ce millénaire, que 3 ou 4 fois. C’était donc suffisamment remarquable pour que l’on s’intéresse à l’évènement.
Et qui eut cru que cela persistera jusqu’à cumuler près de 10 cm de neige au plus fort des chutes?

À l’Archipel
Du haut du toit-terrasse de l’immeuble qui héberge ekodesquartiers.net, l’Archipel dans le quartier Richelieu, j’ai regardé l’accumulation de ces flocons sur la surface des toits des immeubles, trottoirs, mobiliers urbains, chaises de bistro, véhicules et vélos, arbres et sculptures, le revêtant d’un immaculé blanc manteau.
Les flocons s’accumulaient sur la terrasse donnant un aspect irréel aux surfaces et aux choses.
On est vite fasciné, hypnotisé par le spectacle féerique de cet environnement en évolution.
La ville se transformait doucement, ses formes anguleuses s’enrobant d’un délicat duvet cotonneux et protecteur.
Les bruits de la ville s’assourdissaient. On pouvait entendre les éclats des enfants et leurs parents autour d’un bonhomme de neige, ceux d’ados en pleine bataille de boules de neige, de ceux encore qui s’adonnaient sur les pentes des jardins publics aux sports d’hiver et quelques sirènes des unités de secours.

En ville
Allons voir la ville. La promenade commençait rue Pierre Semard, dans le quartier Richelieu, pour se transporter sur la place de l’église St Baudile et se poursuivra dans l’écusson, place des Esclafidous, place aux Herbes et de l’horloge avant de péniblement et prudemment regagner l’avenue Général Perrier et marcher sur la chaussée.
Un véritable parcours du combattant, tant le revêtement lisse du secteur piéton est inapproprié glissant et donc dangereux. Combien de traumatismes, fractures divers attendus ?
Depuis la maison carré je regagnais la place d’Assas magnifiquement paré de blanc, puis les quais de la Fontaine et le square Antonin. La ballade se poursuivra boulevard Gambetta et me conduira place St Charles investi par de nombreux enfants et parents occupés à la fabrication de bonhommes de neige. Après avoir traversé le quartier, salué l’empereur Auguste couvert de son blanc manteau, la boucle s’achèvera où elle avait débuté, quartier Richelieu et la rue de Turenne qu’un skieur en avait fait sa piste de descente.
10 cm de neige et nous revoilà replongé en enfance, à profiter de cette parenthèse qui nous plonge, le temps d’un instant éphémère, dans une autre dimension, dans un univers de douceur, de quiétude.
Demain, il n’y paraîtra plus rien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *