La rue aux enfants, c’est reparti !
29 novembre 2017
Quand Nîmes Métropole reçoit les quartiers
11 décembre 2017

DES ATELIERS POUR UN PROJET SOCIAL

Le Projet social du quartier Pissevin est en route, sous l ‘égide de Jean-Christophe Lacage : ex directeur du centre social André Malraux au Chemin-bas d’Avignon, il est actuellement mandaté par la CAF pour profiler les orientations d’un centre social implanté sur le quartier.

Si Jean-Christophe Lacage a consulté de nombreux acteurs locaux pour appréhender les besoins des habitants, il a aussi organisé quatre ateliers ouverts aux associations et à différents acteurs, afin d’approfondir son étude. Quatre axes ont été étudiés et débattus : Citoyenneté et inclusion, Implication des habitants, Mobilité et mixité, Travail en collectif et faire réseau. On peut porter un regard critique sur ces consultations et réunions de travail, le quartier ayant déjà été étudié sous toutes les coutures.
L’Eko des quartiers s’est pourtant inscrit sur l’atelier Mobilité et mixité afin d’apporter sa pierre à l’édifice et vérifier de l’intérieur la pertinence de cet exercice de style.
Il n’est pas question de céder à l’usage déplacé de l’observateur infiltré ou de se livrer à la complaisance du journaliste embarqué. Je ne délivrerai pas les résultats de cet atelier, décliné sur trois réunions de travail à la bien nommée Maison de projets de Pissevin : le 13 décembre prochain, à 10h30, salle Vergnole, une restitution des ateliers est programmée, avec l’ensemble des intervenants sur ce projet social.
Je peux en revanche préciser que nous avons échangé sur les problématiques de transport de tout type, de rénovation des espaces publics et de l’habitat en général, sur la diversification de l’offre culturelle, sur la création et l’accélération des échanges quartier/centre ville, centre ville/quartier, sur l’amplification des échanges intergénérationnels. Bref, sur tout ce qui peut à la fois valoriser le quartier vis à vis des regards extérieurs, et tout ce qui peut faire de Pissevin un quartier aussi agréable à vivre qu’un autre.

En arrière plan de ces belles intentions plane la problématique des incivilités de tous ordres qui ternissent l’image du quartier et entraînent des dégradations en cascade, matérielles et identitaires.
Ce qu’il faut retenir de cet atelier, et on peut supposer que cela a été le cas dans les autres, c’est le côté cash des échanges : tout a été dit, sans œillères ni tabou, sur l’environnement de cette double problématique Mixité et mobilité.
Reste à savoir ce qui sortira de ces travaux au bout du bout : la CAF, la Ville, l’Agglo, le Conseil départemental, les associations tirent tous dans le même sens. Reste à savoir si l’État exercera, comme semble s’y engager le Président de la République, ses pouvoirs régaliens dans les quartiers dits « sensibles ». Faute de quoi ces efforts seront vains, comme on peut en faire le constat après plus de trente années de politique de la Ville…..

Rendez vous pour connaître les conclusions des ateliers, le 13 décembre à 10h30, salle Vergnole, à Pissevin.

Claude CORBIER
Claude CORBIER
Né à Nîmes en 1954, photographe ex de presse et journaliste, rédacteur et photographe en presse institutionnelle, artiste plasticien, réalisateur de films photographiques, documentaires et web documentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *