Une journée volubile
11 novembre 2017
« Fais Moi Une Place » à Valdegour
21 novembre 2017

La médiation sociale est descendante des “femmes relais“ des années 80, suivies par ceux que l’on a surnommé les “grands frères“. Aujourd’hui les adultes relais, nouveaux médiateurs sociaux, ont pour mission d’aller vers et de faire avec.

Cela signifie en clair qu’ils, et surtout elles, car c’est une fonction souvent occupée par des femmes, servent de lien entre différents publics et, souvent, les services publics. Ils doivent servir à améliorer la vie des personnes et des familles, en règle générale. Ces personnes reçoivent une formation de huit jours pour mener à bien leur mission : les adultes relais peuvent intervenir dans le milieu médicosocial, dans le soutien familial, ou encore le secteur clturel. Cela ne leur donne pas de diplôme ni de qualification bien précise.
Les structures qui les accueillent sont tenues d’assurer leur encadrement et de les assister dans leur travail, et de leur permettre d’accéder à des formations qualifiantes qui leur permettra d’accéder à un emploi à l’issue de leur contrat.
Tout cela est séduisant sur le papier, mais il faut y mettre quelques bémols. On note des disparités notables dans les revenus (le smig au minimum) et les avantages octroyés aux médiateurs sociaux, selon le type de structure qui les accueille : certains bénéficient par exemple de tickets repas ou d’autres menus avantages dans des structures publiques, rarement dans le tissu associatif.
L’expérience prouve que certains employeurs n’assument pas leur obligation d’encadrement, voire rechignent à laisser leurs adultes relais se former, et les contrôles sont rarement effectués à leur encontre.
Lorsque tout se passe bien, il s’agit néanmoins d’un véritable tremplin pour un grand nombre de contractants, certains quittent même leur structure d’accueil avant le terme du contrat après avoir trouvé un emploi….

Conditions d’attribution

Salarié

Pour bénéficier d’un contrat adulte-relais, les conditions suivantes doivent être remplies :

avoir au moins 30 ans,

résider dans un quartier prioritaire , et être sans emploi ou bénéficier d’un CUI-CAE.

Le bénéficiaire d’un CUI-CAE doit le rompre pour signer un contrat adultes-relais.

Employeur

Les contrats adultes-relais peuvent être proposés par :

les collectivités locales (commune, regroupement de communes, département, région) et leurs établissements publics,

les établissements scolaires publics (maternelle, école primaire, collège, lycée),

les hôpitaux,

les offices publics et organismes HLM,

les associations,

les personnes morales de droit privé chargées de la gestion d’un service public.

Activités concernées

Les activités des adultes-relais consistent notamment à :

accueillir, écouter, exercer toute activité qui concourt au lien social,

informer et accompagner les habitants dans leurs démarches,

faciliter le dialogue entre services publics et usagers (notamment entre parents et services accueillant leurs enfants),

améliorer et préserver le cadre de vie, faciliter le dialogue entre les générations, renforcer la fonction parentale,

aider à la résolution des petits conflits de la vie quotidienne par la médiation et le dialogue,

faciliter le dialogue inter-générationnel, accompagner et renforcer la fonction parentale en soutenant les initiatives prises par les parents ou en leur faveur,

renforcer la vie associative, développer la capacité d’initiative et de projet dans le quartier et la ville.

Activités interdites

Les adultes-relais ne peuvent accomplir aucun acte ou fonction relevant :

du maintien de l’ordre public

ou du service à la personne (garde d’enfant, aide aux devoirs, assistance à domicile d’une personne âgée…).

Les employeurs chargés d’un service public ne peuvent pas embaucher d’adultes-relais pour des missions relevant de leurs activités normales (gardiennage, entretien technique, assistance sociale…).

Selon l’employeur, le contrat adultes-relais peut prendre la forme d’un :

contrat à durée indéterminée (CDI)

ou contrat à durée déterminée (CDD), dans la limite d’une durée de 3 ans renouvelable 1 fois.

Claude CORBIER
Claude CORBIER
Né à Nîmes en 1954, photographe ex de presse et journaliste, rédacteur et photographe en presse institutionnelle, artiste plasticien, réalisateur de films photographiques, documentaires et web documentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *