Nîmes, en état de pauvreté
3 octobre 2017
Raconte moi une histoire
10 octobre 2017
Information MSA avec Céline Bidan
Conseils et préventions contre les agressions
Calligraphie de Abdou Amri Zahri
Atelier calligraphie avec Abdou Amri Zahri
Fatoumata Diabaté et le Studio Photo de la Rue
Massage des mains avec Martine Almodovar

La Semaine Bleue au CS Jean Paulhan

Le centre social Jean Paulhan du Mas de Mingue et l’association La Pléiade, avec le concours de multiples partenaires, associations, intervenants et bénévoles, organisaient, du 3 octobre au 5 octobre, une séries d’actions et manifestations ludiques, de découvertes, informatives et de prévention dans le cadre de la Semaine Bleue.

La Semaine Bleue est un dispositif national qui existe depuis 66 ans. Au lendemain de la 2nd Guerre Mondiale, il s’est agit de prendre en compte les besoins spécifiques des personnes âgées.

Depuis 1951, la terminologie du dispositif a beaucoup évolué. De « Semaine Nationale des Vieillards, on est passé à, « Semaine Nationale des Retraités et des Personnes Agées et de leurs Associations » pour finir, en 1977, à la « Semaine Bleue ».

De même que dans le langage courant, on appelait nos anciens, il n’y a pas si longtemps encore, les vieux, les ainés, les personnes du 3ème âge, il semblerait qu’un consensus ait été trouvé autour du mot « sénior ».

«À tout âge, faire société »

C’est la 2 ème année que l’association La Pléiade organisait cette Semaine Bleue qui cette année avait pour thème, «À tout âge, faire société ».

« Cette année encore, il s’est agit de travailler sur la place des ainées dans la société et autour de la question de la citoyenneté et du « mieux vivre  ». Il semblait important de mettre l’accent sur la place de cette population séniors, sans cesse croissante et effacée sur les territoires périurbains », nous dira Selma Ben Hadj Khelifa, coordinatrice à La Pléiade

« Les séniors et les personnes âgées du territoire, dont beaucoup sont l’histoire et la mémoire de ce quartier, sont mis à l’honneur d’autant plus que les manifestations proposées poursuivent les objectifs auxquels nous renvoie la loi d’adaptation de la société au vieillissement que le parlement a voté fin 2015 », soulignera Soukaina Benjaafar, présidente de La Pléïade.

Pour Soukaina Benjaafar, encore, « Faire société » c’est, «  être en lien avec les autres générations de manière à permettre à chacun de vivre pleinement son âge. Dans la solidarité. Faire société, c’est participer pleinement à la vie sociale de son territoire de résidence et contribuer ainsi à l’édification d’une société plus inclusive. L’engagement des retraités dans la vie associative n’est plus à démontrer ».

Des temps d’informations, découvertes et de bien-être

La journée du mardi, placée sous le signe du « Bien vivre et mieux vivre» comportera plusieurs temps.

Des temps d’informations, à l’accès aux droits santé, présenté par Céline Bidan, conseillère en économie sociale et familiale à la MSA (Mutualité Sociale Agricole), pour bien vivre sa retraite par le Carsat, de prévention au diabète par le Pôle Promotion Santé, des temps de bien-être avec de la sophrologie ou avec les massages de Martine Almodovar.

Il y a eu des temps plus ludiques, avec l’atelier de calligraphie « Mes mains ont la parole » de Abdou Amri Zahri, le Studio Photo de la Rue de la photographe Fatoumata Diabaté, qui trouveront un fort engouement.

Il y eut aussi, une marche-découverte qui sera reconduite tous les mardis à 9h, le « Café sénior » qui se veut un espace d’échanges, de partage et de mise en œuvre de projets et d’idées et un grand moment de convivialité avec le déjeuné offert aux convives et concocté par les équipes de l’association Quartier Libre.

Déjeuner concocté par Quartier Libre ©DR

Messieurs Laurent Burgoa, adjoint au maire de Nîmes, délégué à la Politique de la Ville et Christian Bastid, conseiller départemental et municipal, ont fait l’honneur de leur présence, en cette matinée de mardi et d’une même voix ont rappelé l’importance des séniors dans les dispositifs de la Politique de la Ville, de l’attention à accorder à leur accueil, leur information et leur accompagnement vers l’autonomie et leur émancipation.

Laurent Burgoa, Christian Bastid, Soukaina Benjaafar ©DR

Pierre Ndjami

Auteur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *