L’Expo de Ouf, sixte
15 septembre 2017
Pissevin imagine son centre socioculturel
20 septembre 2017

Le site est en cours de remaniement.
M
erci de votre indulgence.

Carole Pontus, la fée du Spot

On ne présente plus le Spot, lieu hybride et alternatif — comme il se définit lui-même — rue de l’Enclos Rey, à Nîmes. Depuis quelques années, septembre est pour le Spot un mois de « Ouf » que l’Eko des quartiers ne manque pas de chroniquer.

Cet espace désormais bien connu est aussi une pépinière de talents qui abrite, pêle-mêle, une créatrice de bijoux, une couturière, un hypnotiseur, un paysagiste, un plasticien, deux éducatrices, des graphistes, une entreprise dédiée aux énergies renouvelables, une micro-brasserie, le magazine gratuit Greenouille, et même une boutique de planches à roulettes, Olliedays Skateshop !

L’Eko des quartiers a rendu visite à Carole Pontus, créatrice de bijoux et de la marque Les Fées Mouvementées dont l’atelier ouvre sur le patio du Spot. L’atelier est aussi un « show room » où l’on peut voir travailler Carole et découvrir ses créations qu’elle vend sur place, en ligne (www.lesfeesmouvementees.com/) ou sur le stand qu’elle occupe régulièrement lors des Jeudis de Nîmes, place de la Calade.

À lieu original, créatrice originale…

Carole Pontus est créatrice de bijoux depuis 2002. Elle a d’abord vendu sur les marchés gardois, ardéchois, vauclusiens des bijoux à base de perles enfilées avant de s’initier au monde des salons, des fournisseurs, de la négociation. Elle a lancé en 2007 Les Fées Mouvementées, sa propre marque. Un nom étrange qui vient de son univers d’artiste car c’est par le théâtre, le spectacle qu’elle est aussi passée, la médiation culturelle, le cirque… un parcours en effet mouvementé…

C’est en Belgique, alors qu’elle suivait des cours d’art dramatique qu’elle finançait en vendant les bijoux de sa création, qu’elle a rencontré une bijoutière bruxelloise qui lui a vraiment appris à souder, à limer, à siller, à sertir, à scier, à couper… toute la technique qui lui a permis de donner libre cours à sa créativité.

Un incident — le vol de son costume de scène — lui a ouvert les yeux sur le sens qu’elle voulait donner à sa vie et trois mois plus tard, en novembre 2002, elle ouvrait sa boutique Les Fées Mouvementées, rue St Antoine puis rue de la Madeleine.

Doigts de fée

La manière de créer de Carole Pontus est instinctive. Elle fait se télescoper plusieurs styles, luxe, ethnique, baroque, chic, bohème, avec des matériaux aussi divers que l’argent, le laiton, le cuir, la perle, le textile… elle aime les contrastes, les oppositions, sortir des sentiers battus. Ses collections sont éphémères, les bijoux sont uniques, pas de routine, elle est en recherche, visite de temps à autre des sites comme Pinterest pour être à l’affût des tendances comme tous les créateurs du monde de la mode. Elle a inventé le concept du bijou modulable qui fait d’un sautoir un pendentif, un bracelet, voire une ceinture ! Du cinq ou six en un… et ça marche !

Avec les pots du spot… le 22 septembre

Si Carole Pontus intéresse aujourd’hui des professionnels prêts à commercialiser certaines de ses créations, elle reste fidèle au Spot car elle adore ce lieu où se côtoient de multiples talents dont elle partage l’esprit.

C’est ainsi que lors de l’Expo de Ouf de septembre, un «  défilé de Ouf » est organisé le 22 septembre, avec la collaboration de Carole Pontus, de Caroline Hagen, sa voisine d’atelier qui crée des vêtements, avec Lydia Rump, artiste styliste, Vanessa Scandela, créatrice de bijoux et ancienne associée de Carole. Le défilé se terminera au Périscope, le théâtre voisin de la rue de Bourgogne,

L’Eko des quartiers vous en dira plus très bientôt…

philippe Ibars

Auteur


Né en 1953, enseignant puis chargé de communication.
Photographe, a collaboré aux Cahiers Pédagogiques, a illustré Vies Minuscules et petits riens, pour Ecriv’EN, (Éducation nationale).
A écrit des nouvelles dans la revue Calades, a publié récemment Apprendre en apprenant ou les aigles de Bonaparte, récits de sa vie d’enseignant, chez l’Harmattann, Les Pommes Captives, pièce de théâtre, chez l’Harmattan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share