La rue aux enfants de Pissevin : promesse tenue!
3 juillet 2017
Une maison ouverte, à Pissevin
5 juillet 2017

Résidence d'Elena Salah à Diderot

Le Collège Diderot, situé au cœur du quartier Valdegour, toujours sur le coup d’une fermeture à l’horizon 2018, par décision départementale, pour cause de remaniement de la carte scolaire et permettre un meilleur brassage social, avait invité la plasticienne sètoise, Elena Salah, à une résidence et un travail avec les collègiens sur le thème du voyage. La restitution avait lieu, ce vendredi 16 juin.

Cette résidence sur le thème du voyage, commencée le 20 février, a concernée 4 classes de 5ème, par séances d’une heure par semaine et par classe.
« Pour moi, ce qui est le plus important, c’est que ça n’a pas été qu’un voyage imaginaire. Il fallait que ce soit inspiré du réel. Je voulait que les élèves se déplacent comme de gens qui vont partir, comme des migrants. Ils n’avaient donc pas le droit de prendre l’avion et devaient faire 2 escales. J’ai exposé aux élèves des références d’artistes qui avaient travaillés sur l’idée du déplacement et des migrants. Il leur était permis de partir à l’aventure, de ne pas savoir, où ils allaient, ce qu’ils allaient voir. Pour ça, ils ont fait des recherches sur internet pour se constituer une liste de vocabulaire, sur les paysages, les monuments et ont appris que l’on avait pas partout les mêmes systèmes politiques… »

C’était comme un voyage immobile. Il est vrai qu’à travers internet, Facebook, Google on peut voyager partout dans le monde tout en restant chez soi.
« Je voulais vraiment des éléments inspirés du réel qui leur ont permis des découvertes culturelles, différentes religions, symboliques, et de comprendre que le monde ne s’arrête pas aux frontières de l’Europe et du Maghreb. »

La mise en place n’a pas été simple. Il a fallut que les élèves comprennent la proposition d’Elena.
« J ‘ai voulu une présentation indicielle. C’est à dire que le spectateur devait écouter, voir, lire et se déplacer dans les différents sons, cartes postales, photographies et sculptures de l’installation et relier par lui-même les histoires qui se rapportaient aux différentes éléments. Ce n’est seulement que lorsque j’ai enregistré leurs histoires que tout cela a pris sens pour eux. En s’écoutant parler, ils ont pu visualiser les images qu’ils s’étaient fabriquées dans leurs têtes! »

Pour Elena Salah l’art ne doit pas être élitiste. Aussi a t’elle lier à ce projet différentes disciplines, la géographie, l’histoire, l’écriture, le langage, la sculpture et pris des références artistiques auprès des travaux de Bouchra Kahlili, Abraham Poincheval et Laurent Tixador, ou Peter Fischli et David Weiss.

« Il fallait que les élèves aient un tout le plus complet possible. Et maintenant, on peut dire qu’ils connaissent la carte du Monde ! », conclura Elena Salah.

 

https://www.elenasalah.com

Arrow
Arrow
Slider

Pierre Ndjami

Auteur