L’Éko fait peau neuve
13 février 2017
21 février, salle Morise, Pissevin
16 février 2017

Quand les tchétchènes invitent en grand

Ce repas tchétchène du 20 janvier donné au centre social Simone Veil à Valdegour, marquait la volonté d’une communauté, jusque-là très discrète, de faire connaître leur culture et de leur désir d’intégrer un pays, une ville qui les a accueillis dès 2008.

Fuyant les répressions qui faisaient suite à la guerre contre la Russie dans leur pays, ils arrivent en France, sans papiers et à Nîmes, vers 2008, sans toit, ni ressources. Ils bénéficieront de l’aide et du soutien notamment de la Banque Alimentaire, du Réseau Éducation Sans Frontière (RESF), de la Cimade, du Conseil général pour enfin aspirer à leurs droits de demandeurs d’asile.

Sonia Benkirat, présidente du Journal De Valdegour (JDV) et médiatrice-santé au CoDes 30, les rencontre par le biais de Marka, arrivée des Charentes-Maritimes en 2012 et participante aux ateliers socio-linguistiques du JDV.
Les 2 femmes tissent des liens amicaux et de confiance. À force de conversations l’idée de faire découvrir leur communauté et leur culture émerge.
Quoi de mieux qu’un grand repas pour la faire connaître et la faire partager.

Cada

Manti

Manti, Cada, plow, pirachkicks…
Une profusion de plats traditionnelles, où la pâtisserie n’était en reste. Une cuisine généreuse et riche, fait de de bouchées à la vapeur, de viandes d’agneau ou de poulet, hachées, grillées, farcies, accompagnées d’une farandole de légumes aussi divers et variés que colorés. Un buffet d’une dizaine de plats et autant de desserts, qui juste en les regardant vous font prendre instantanément des kilos et la mesure du défi à relever.
Il leur à fallu, pour la quarantaine de femmes, en relever un autre : réaliser en deux jours, avec les produits des commerçants du quartier, un repas prévu pour une centaine de convives.
Pour une première, ce fut un succès! La salle de réception était comble. Habitants, acteurs associatifs du quartier et d’ailleurs, avaient répondu présent, curieux pour beaucoup de découvrir cette discrète communauté et leur cuisine.
Le buffet pantagruélique, qui s’annonçait, devra, néanmoins, être pondéré par des choix cornéliens.
En effet, certaines associations de plats, ne serait pas raisonnable, diététiquement. Nous nous servirons, avec gourmandise, regrettant, sans doute, un peu les impasses, les sacrifices, que l’on aura dû faire. Nos hôtesses, tout autour du buffet, nous seront d’un grand secours pour qui voulait en savoir plus sur les plats proposés.

C’est dans une joyeuse effervescence, que se déroulera cet énorme banquet. Où les jeunes, jusque-là discret, montreront leurs talents de danseurs et acrobates, où les femmes rendront un hommage appuyé à Franck, gérant du Motel de Marguerites, qui les aura aider et soutenu au delà même de considérations commerciales.
On se quittera, trop vite, avec l’envie partagé de vouloir réitérer l’évènement avec cette communauté exemplaire dans son intégration, et qui entend bien s’établir durablement, un retour n’étant pas envisageable.

Le repas Tchetchene from claude corbier on Vimeo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *