Hélène Geoffroy rencontre les volontaires du Service Civique
16 janvier 2017
« À vos souhaits » #3, c’était à Gambetta!
23 janvier 2017

A la suite de trois marches exploratoires sur le quartier Valdegour, les femmes qui les ont menées ont détaillées leurs conclusions face à l’Agence d’urbanisme.
Dans les locaux du Secteur familles du Centre social Simone Veil, le lundi 16 janvier, c’était remise de copies pour les participantes aux Marches exploratoires. Après trois circuits différents sur leur quartier Valdegour, elles ont expliqué à Arnaud Rollet, chargé de missions de l’AUDRNA (Agence d’urbanisme région nîmoise et alésienne), ce que l’on pourrait améliorer pour rendre leur quotidien plus agréable à vivre.
Sécurité urbaine et routière, stationnement, problèmes d’hygiène, incivilités, nuisances sonores, aménagement des espaces publics, tout y est passé, parfois hors sujet, peu importe. Sur une vue aérienne du quartier, des pastilles rouges ou bleues ont été apposées, rue par rue, espace vert par espace vert, afin de souligner, arguments à l’appui, les points noirs (en rouge), et ceux qui sont positifs ou possiblement améliorables (en bleu). Autant dire qu’à la fin d’une réunion animée et très positive, le plan était plus rouge que bleu, sans que cela soit désespérant.

Des changements en plusieurs rythmes
Il a été rappelé en début de réunion que les modifications annoncées sur le quartier vont être menées à l’échelle de 15 à 30 ans, pour les plus lourdes. En revanche, les doléances enregistrées lors de cette réunion pourraient trouver des réponses rapidement, puisqu’il s’agit essentiellement d’améliorer l’usage des espaces publics : implantation de nouveaux éclairages sur des chemins d’usage imprévus dans les plans d’aménagement public, de bancs dans des zones de loisir, de barrières le long d’aires de jeux pour les enfants, implantation de panneaux de signalisation routière sur des carrefours imprécis, etc.
On peut saluer l’engagement de ces actrices de terrain qui ont pris leur rôle d’urbanistes au sérieux avec un bel à-propos. Leurs propositions seront validées par l’atelier d’architecture Marguerit qui doit intervenir sur les quartiers ouest, et devrait intégrer cette réflexion dans sa mise en œuvre.
L’expérience du vécu appliquée à la politique de Rénovation urbaine, c’est une nouvelle approche qui a peut-être manqué au précédent plan !
Sur ce lien, le résultat des marches exploratoires de Pissevin :
Marches exploratoires – diagnostic des espaces extérieurs de Pissevin à Nîmes


Claude CORBIER
Claude CORBIER
Né à Nîmes en 1954, photographe ex de presse et journaliste, rédacteur et photographe en presse institutionnelle, artiste plasticien, réalisateur de films photographiques, documentaires et web documentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *