Projection au Sémaphore : « Le Ciel Attendra »
4 octobre 2016
La Cie VOOA danse CORPSDES à Valdegour
12 octobre 2016

img_1876_forum_01La vie associative est balisé par des temps, des rendez-vous qui rythment celle-ci. Le 8ème Forum Citoyen qui s’est déroulé le 24 septembre, place Debussy à Pissevin, est un de ces temps forts. Aussi était-il nécessaire qu’on y revienne.

Organisé par l’Espace de Coopération Nîmes-Pissevin (ECNP), l’objet est de permettre aux associations et institutions de rencontrer les habitants et faire découvrir, informer ceux-ci sur les activités et services à leurs dispositions.
De l’Amicale de Défense des Locataires de Pissevin, présidé par Mr Gannoun, qui oeuvre à l’amélioration du cadre de vie de plus de 3000 logements, à l’Association Insertion et Lien Employé-Employeur (AILEE), en passant par l’accompagnement et la médiation scolaire que propose Paseo pour l’une et Amaos pour l’autre, FabLab pour la médiation culturelle, Soleil Levant et le Service Sport de la ville, pour les propositions sportives, la police municipale, bref, près d’une vingtaine d’associations et institutions, embrassant un large éventail de propositions et services à la population étaient présentes.
Un amuseur, Mr Olivier, micro en main, était là toute cette matinée, lui aussi, pour créer et établir ce fameux lien social que tout le monde appelle de ses voeux.

Raouf Azzouz et Alain Lorgeas

Raouf Azzouz et Alain Lorgeas

Des volontés communes
Les attentes des acteurs sociaux, comme le rappellera Raouf Azzouz, directeur des Mille Couleurs, c’est une meilleure reconnaissance, de la part des partenaires institutionnels, du travail entrepris, depuis près de 20 ans dans ces quartiers, « On veut être considéré comme des acteurs à part entière et non pas comme des prestataires de la Politique de la Ville. On n’est pas là que pour demander des subventions, mais aussi pour donner du pouvoir aux habitants et c’est l’intelligence collective qui fera avancer les choses! ».
Message apparemment entendu puisque, lors de son discours, Amal Couvreur, vice -présidente départementale, déléguée aux Contrats de Ville, proposera de « Donner la parole aux habitants, donner le pouvoir à ceux qui n’en ont pas… » et réaffirmera le soutien du Conseil Départemental aux associations, « tant qu’ils donneront la parole aux habitants. ».
D’ailleurs, Richard Tibérino, adjoint à la sécurité de la Ville, comme Françoise Bon, qui représentait Carole Delgas pour le Conseil Régional, seront d’accord là-dessus : soutenir les associations qui jouent un vrai rôle dans l’action sociale, telle que définie par les objectifs de la Politique de la Ville.

Richard Tiberino et Amal Couvreur

Richard Tibérino et Amal Couvreur

Pas de clivage, donc, sur la question de l’aide des pouvoirs publics à l’adresse des associations et, s’il fallait s’en convaincre un peu plus, je posai la question à Amal Couvreur et Richard Tibérino, d’en savoir plus sur la manière dont le département du Gard et la ville de Nîmes envisageaient de soutenir les associations.
Monsieur Tibérino, après un petit préambule sur le fait que les élus sont souvent issus du monde associatif dont, par conséquent, ils connaissent les difficultés pour les avoir eux-mêmes vécues mettra l’accent sur la bonne connaissance du terrain et des acteurs sociaux « qui mènent des actions qui répondent aux besoins exprimés par la population et correspondent aux options de la Politique de la Ville.»
Madame Couvreur, pour le Département : « Le Département, indépendamment de ses missions obligataires, participe au titre de la Politique de la Ville à la subvention des associations. Le Département, depuis de nombreuses années, ne considère pas les associations comme des prestataires mais comme de véritables partenaires de l’action sociale. Ce ne sont pas que des mots. Les associations ont des difficultés financières, nous le savons et essayons de les accompagner du mieux que nous pouvons.
Le budget du Département pour les quartiers prioritaires n’a pas diminué d’un euro. Si les associations se plaignent de la baisse de ces subventions, il faut aussi garder en tête que, sans le Département, certaines actions ou associations ne pourraient pas fonctionner.  Et quand on parle de coordination avec mon collègue Laurent Burgoa (maire-adjoint, délégué à la Politique de Ville), avec qui on n’est pas toujours d’accord, sincèrement, on n’a de cesse que de faire en sorte que ce soit toujours dans l’intérêt général ».
Loin des luttes partisanes et politiques, de part et d’autre, ce qui prime dans ces arbitrages, in fine, serait le bien commun.
Dont acte.

Diaporama (Utilisez les flèches de navigation):

Arrow
Arrow
PlayPause
Forum Citoyen
Slider

Comments are closed.