5 octobre : Semaine bleue à Pissevin
29 septembre 2016
Un petit coin de paradis
29 septembre 2016

La Compagnie Dynamogène, invite les habitants de Nîmes et alentours, ce week-end, du vendredi 30 septembre au dimanche 02 octobre à fêter ses 20 ans d’existence, en grandes pompes.
« On n’a pas tous les jours vingt ans!… ».

affiche-dynamogene

Pierre Pélissier, directeur artistique et fondateur de la troupe, vient d’Alès et du monde paysan qu’il affectionne, mais ne comptez pas sur lui pour travailler la moindre once de terre.
Le bassin minier et industriel d’Alès lui a plutôt, très tôt, donné le goût de la «bricole» et la machinerie agricole, cette mécanique rustique, sans fioritures qui automatise les gestes de production et permet à l’ouvrier de s’économiser. « Mon père était paysan et ma mère, conseillère agricole. J’allais souvent au Salon de l’Agriculture, à Paris, voir les moissonneuses- batteuses, les machines à vendanger, etc, et j’ai toujours trouvé ça hyper ingénieux! ».

Les débuts
Si il a obtenu un Bac E et est devenu ingénieur-géomètre, c’est sur le tas qu’il s’est formé aux mécanismes qui créent le mouvement. Appliquant ces principes, il s’amusera à construireimg_2163_jacques « des machines passablement musicales », pour les présenter lors de festivals de théâtre de rue. En 1985, il s’immerge avec l’association « Grate Camin », dans le théâtre de rue, avant de créer, en 1990, Clintonbaco, une petite structure amateur, qui en se professionnalisant devient, en 1995, Dynamogène, la Compagnie, les Établissements.
Installé d’abord à Saint-Christol-lez-Alès, leur atelier à souvent migré, toujours dans le département, jusqu’à l’inondation de leur atelier en bordure de l’Avène, où en 1999,img_2173_cymbalobylette-et-jacques il décide de poser leur barda à Nîmes.
Dans l’intervalle, ils auront commis des spectacles comme « La Grande Roue », « Le Taxi du Tour de France » et en 1997, l’emblématique personnage de « Mr Culbuto », « … 320 kg de poésie brute  », incarné par Pierre Pélissier, auprès duquel, en 20 ans, 19 « livreurs » se sont succédés!
Dès lors chaque création de spectacle donnera lieu à la réalisation de machines musicales de plus en plus imposantes et précises comme la Cymbalobylette, le Klaxonarion, la Torpédo Swing, l’Aéroplane Moderne, la fACTORy #, à ce jour leur chef-d’œuvre d’ingénierie…, toujours mobile et fonctionnant à l’énergie musculaire d’artistes-ouvriers.

La philosophie
Dynamogène, c’est l’humour burlesque de Chaplin et Tati, la pensée combinée du libertaire André Dupont, alias «Aguigui Mouna» et du théoricien Charles Fourier au pouvoir, enveloppés d’un brin de pataphysique. Une fabrique à utopie prolétarienne et ouvrière, un hymne à l’acier,img_2156_pierre_jacques à la rouille, à la sueur humaine, au bleu de chauffe, sur la bande-son de « L’Internationale » et de « Énergie musculaire, mouvement rotatif ».
Le discours politique s’inscrit quelque part, en filigrane, jamais frontal. Loin des poncifs et grands slogans militants de gauche, même s’ils veulent croire à une révolution prochaine, leurs spectacles visent à émouvoir, faire réfléchir, rire et toucher le plus grand nombre quels que soient l’âge et la condition des spectateurs.
« On ne cherche pas à ratisser large, mais on ne veut exclure personne, par des prises de positions agressives et abruptes.… » et de poursuivre « On ne fait pas semblant et à partir de là, les gens adhèrent à cette sincérité. Le message est ouvert et les gens se l’approprient mais on ne veut pas tomber dans le contresens. Il nous faut donc trouver le bon dosage entre l’humour et l’émotion, sans être pathétique et caricatural! ».

La fête, comme un cadeau
Ce mardi matin, je rencontrais une partie du bureau, Pierre, Jacques et Richard accompagné de Jeannot, dans leur camps de base, un terrain, vers la Bastide,img_2221_pierre_portail où dans les anciens hangars Praloimg_2210_hangarn, ils se sont établis. Je m’attendais à l’extrême agitation d’une armée d’artistes-ouvriers préparant l’énorme évènement du week-end. Aucuns signes ne permettaient, au visiteur néophyte de comprendre ce qui se fomentait là. Pourtant, les Établissements disposent d’une force de travail de près de 25 artistes-ouvriers. Non, cette fête, il la préparait dans le plus grand calme, sans pression particulière.
Après avoir voyagé dans 32 pays, parcouru 840 012 km, donné 893 représentations, dont très peu à Nîmes, ils ont à cœur de rappeler leur implantation nîmoise.
« On n’a pas fêté nos 10 et 15 ans, alors, on veut se faire plaisir et marquer le coup. On veut se régaler à accueillir les gens, à les rencontrer, leur offrir à boire et à manger… S’ils prennent aussi plaisir à ça, tout ira bien! ». Tout au long du week-end vont se succéder parades, spectacles, démonstrations, interventions diverses, surprises et participatives comme « l’Attaque de la Maison Carrée ». « On invite les gens, le samedi à 15h. On apporte les munitions (des sacs en papier) et on les fait éclater en même temps ou en rafales afin de parvenir à fissurer, lézarder ces murs… », commente-t-il avec malice.  « C’est une révolution symbolique!… ».
Ce qui n’est pas dit, c’est que tout ça, ne lui en déplaise, participe à faire vivre ses utopies, les mettre en adéquation avec l’idée de partage, de solidarité, d’humanité qui traverse sa généreuse « Manufacture d’Utopie ».
Hé oui, la classe ouvrière existe encore!

Programme : http://www.dynamogene.net/edito-4/

Pour en savoir beaucoup  plus :
« Le Petit Catalogue » des Établissements Dynamogène / Éditions Atelier BAIE. 15€

Comments are closed.