1er mai 2016 – Vide grenier au Chemin Bas
20 avril 2016
1er mai 2016 – Les Beaux dimanches !
27 avril 2016

« Processus d’emprise et indicateurs de radicalisation »

Crédit photo : Tania

Crédit photo : Tania

Après avoir garé la voiture sur le parking sécurisé par des «men in black », subi une fouille à l’entrée du CSC Simone-Veil, on émargeait à l’entrée, choisissions les ateliers auxquels on voulait participer, avant que l’on nous attache un bracelet vert fluo au poignet. Telle était la procédure pour accéder au colloque « Processus d’emprise et indicateurs de radicalisation », organisé par la Maison d’Accompagnement Scolaire de Valdegour (M.A.S) et le collège Diderot. Sécurité oblige, quelques élus et représentants de l’État sont attendus.

Collégiens, éducateurs, associations et habitants s’étaient déplacés en nombre (près de 150) pour écouter les interventions de Jean-François Ottan, enseignant et président de l’ADFI*, sur le processus d’emprise sectaire et les indicateurs de radicalisation, celles de Nadia Remadna, fondatrice de « Brigade des Mères », et le témoignage très attendu de Mourad Benchillali, auteur de « Voyage vers l’enfer », formateur en insertion et ancien détenu de Guantanamo. En présence de Philippe Perrin, directeur du cabinet du préfet, de Françoise Dumas, députée, de Nora Makran, conseillère municipale, c’est Farid Bouziane qui, en maître de cérémonie, ouvrait le colloque.

Explications de texte
Avant que Jean-François Ottan n’intervienne, dans le cadre de sessions d’information auprès des acteurs sociaux – à ce jour on en compte quatre et elles ont touché près de 1000 personnes –, une invitée surprise monte à la tribune, accompagnée de sa traductrice. Elle pleure sa fille de 15 ans, partie il y a 1 an en Syrie et nous alerte sur l’absence de signes avant-coureurs avant son départ. La salle est très émue par ce témoignage courageux de cette mère abattue.

S’en suivra, donc, l’intervention très didactique et fort intéressante de Jean-François OttanJean François Ottan qui décryptera tous les mécanismes menant à la prise de contrôle mentale par les mouvements sectaires.

La journaliste Caroline Tancrède posera au représentant du préfet la question de l’importance, dans le département, de l’emprise radicale. Question à laquelle il ne souhaitera pas répondre en public, mais que légitimement, en tant que citoyen et adulte, on est droit de se poser et à laquelle Jean-François Ottan répondra plus tard, arguant des nécessités de confidentialité et de discrétion pour lutter efficacement contre ces phénomènes.

Farid Bouziane_Nadia Redmadna_©Moulierac

Crédit Photo : T. Mouliérac

Témoignages
Puis, c’est au tour de
Nadia Remadna, fondatrice de l’association basée à Sevran (93), « La Brigade des Mères », qui tiendra un discours moins institutionnel et théorique que les précédents intervenants, plus proche des réalités du terrain, d’affirmer à grand renfort d’exemples que« … le problème de la radicalisation n’est pas pris au sérieux par les politiques !… ». Elle, sur le terrain, est face au désarroi des parents qui voient leurs enfants se radicaliser et ne trouvent pas toujours de soutien auprès des administrations en charge des jeunes, parfois au contraire une attitude répressive ou suspicieuse, vis-à-vis d’eux.

Mourad Benchellali_©Moulierac

Crédit photo : T. Mouliérac

Celui qui aura le plus capté l’attention est Mourad Benchellali, ancien détenu du camp de Guantanamo et auteur d’un ouvrage, « Voyage vers l’enfer », qui relate son parcours de « combattant de la foi » et son périple depuis la cité des Minguettes jusqu’à Guantanamo, en passant par les camps d’entraînement afghans. Il évoque avec quelle naïveté il se retrouvera finalement dans une histoire qui le dépasse et les lourdes conséquences personnelles et familiales de son engagement. Son récit est comme un road-movie, le film d’un aventurier « à la recherche d’une cause perdue » et serait presque drôle si les conséquences n’étaient si dramatiques. Il est sûr que son récit est captivant. Une partie de l’auditoire réagit, un peu impressionné quand il raconte sa rencontre avec Ben Laden, ou demande que l’on zappe une photo où un détenu de Guantanamo est agenouillé face à un chien de garde, jugeant qu’elle pourrait choquer les quelques enfants dans la salle.
Alors, otage, partisan repenti des talibans ou dommage collatéral d’une guerre contre Al-Qaïda ? Quand on lui pose la question et aussi des enseignements qu’il tire de ces mésaventures, on le croit sincère quand il dit avoir pris la mesure de ses responsabilités dans cette histoire.

Crédit photo : T. Mouliérac

Crédit photo : T. Mouliérac

Françoise Dumas, députée de la 1ère circonscription du Gard, membre de la commission d’enquête de lutte contre le terrorisme, clôturera la matinée en saluant cette initiative qui fut d’une grande tenue par un discours fédérateur, d’ouverture fraternelle à l’autre, d’identification à la Nation et sa démocratie. « C’est à vous d’être les vrais soldats de la démocratie et de l’universalisme !… »

 

* Association de Défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes/ 04.67.79.70.68/ w.w.w.unadafi.org
Numéro Vert / Plateforme ministérielle de prévention de la radicalisation : 0800 005 696
Mourad Benchellali « Voyage vers l’enfer » 2006 éditions Robert Laffont

Pour écouter les interventions :
Jean-François Ottan
Nadia Remadna
Mourad Benchellali
Françoise Dumas

Comments are closed.