Galerie Colorité Bonheur
15 avril 2016
13 mai 2016 – Théâtre et laïcité
18 avril 2016

Depuis janvier, Cécile Plantin et Gaël René, A.K.A. WAKO Production, en partenariat avec les Mille Couleurs, Habitat du Gard, le ministère de la Cohésion sociale, les institutions municipales et départementales, menaient, en immersion, le projet « Colorié Bonheur » qui dressera un portrait « sensible », avec ses habitants, du quartier Pissevin.
P1130897_projection ToufikSa restitution, forme d’art documentaire, en sons, lumières et images projetés dans l’espace public, sur les façades des immeubles de la place Watteau, a eu lieu le 31 mars dernier.

 Retour sur l’action
Au départ du projet, la volonté d’inviter, solliciter les habitants de tous âges à participer au projet et délivrer leurs paroles, opinions, réflexions ou regards pour dresser un portrait au plus près de leurs sensibilités.
Le 17 décembre, ils inauguraient leur résidence par une multi projection du film « Human » de Yann Artus-Bertrand, sur les murs des bâtiments entourant la salle Morise de Pissevin (voir http://www.ekodesquartiers.net/2015/12/21/colorite-bonheur-avec-wako-a-pissevin/).

« Raconte-Moi Ton Quartier », une des nombreuses actions initiées, visant à récolter portraits et vidéo-témoignages, allait à la rencontre des populations, avec l’aide d’engagés au service civique, comme « fixeurs », et le soutien de l’association « Unis-Cités », sur les marchés et en centre-ville.

Ils proposeront des ateliers de jardinage et construction de mobiliers en palettes, histoire d’embellir l’environnement, des ateliers d’expression artistique et corporelle pour les enfants, des ateliers « street art », photographie et Photoshop.
Ils participeront à la réalisation d’un clip rap sur la fraternité écrit par les jeunes, à celui de Toufik, chanteur de Raï et animateur aux Mille Couleurs, de clips avec les jeunes handballeuses de Générations Futures (https://vimeo.com/157167487), lanceront un concours de vidéo-pocket, nettoieront, avec l’aide des jeunes le « couloir de la mort » de la barre Fragonard, voué à la destruction et rebaptisé pour l’occasion, « couloir de l’amor », pour le retapisser de photos géantes…

Bref, sans relâche, toujours à l’écoute, ils auront tenté de reproduire en images, mots, paroles et actes toutes les propositions qu’on leur aura soumises et qu’ils traduisaient, le 31 mars dernier, par une vidéo-projection XXL sur les immeubles encadrant la place Watteau.

La restitution
Il n’était pas encore 19h30 que déjà la foultitude de gamins, filles et garçons, piaffant bruyamment d’impatience, jouaient au loup, à courir et s’attraper autour des longues rangées de tables, disposées sur la place.P1130813_Enfants mères attablés
Le public est au rendez-vous. Mères et enfants venues en nombre étaient aux premiers rangs. Le « porteur de mots » de La Ligue des Droits de l’Homme affûtait ses calligraphies qu’il allait accrochées sur des cordes à linge tendues.
Au fur et à mesure de la tombée du jour, les murs alentours s’habillaient d’images projetées, l’esplanade, mise à disposition par Habitat du Gard, plongeait dans l’obscurité sur fond des lumières flamboyantes d’un astre couchant.
Zangao, la batucada, fera une entrée tonitruante et percussive P1130830_batucudaavant que ne commencent les discours protocolaires d’usage. Ceux de Nora Makran, conseillère municipale, de Philippe Perrin, directeur du cabinet du Préfet, de Françoise Dumas, députée, Jean Zaragozi, président des Mille Couleurs et pour conclure celui de remerciements chaleureux, d’une Cécile Plantin, au nom de Wako, particulièrement émue.
Un cadran projeté au mur lançait le compte à rebours de la restitution tant attendue.
Tout de suite rires et cris d’exclamation surgissent quand les jeunes se découvrent en grand format ou voient leurs messages sur les murs.
Les vidéos et témoignages s’enchaînent selon des thèmes prédéfinis, (mémoire du quartier, fraternité-solidarité, les femmes, espérances, anecdotes, sport et loisirs…), à peine perturbés par une sporadique et fine pluie. ( Voir la galerie photo )
Le spectacle, de près d’1h30, P1130989_Feux artificesdevait s’achever par un modeste et symbolique feu d’artifice pour laisser place à la troupe de percussions Zangao qui finira d’embraser l’esplanade.
Pour Azzouz Raouf, directeur des Mille Couleurs, l’expérience nouvelle et ambitieuse avec, en fil rouge, la revalorisation des valeurs républicaines de fraternité et solidarité, donne une image valorisante du travail des habitants, d’eux-mêmes, et une image positive du quartier.
Cécile Plantin et Gaël René auront été touchés par l’accueil et la confiance des habitants envers le projet qui a aussi révélé la créativité, l’implication des jeunes et moins jeunes. Des moments magiques qu’ils comptent bien réitérer sur deux ans si le projet, comme semble le laisser penser élus et habitants présents, trouve un écho favorable.

Comments are closed.